GÂNDUL ARMĂSARULUI,..CÂŞTIGĂ TOTUL ! Câştigătorul de duminică !  Nou… !  iaa… Gazetaa SCOARTTZA_PRAVILĂ HERMAN_armă DE GOT -Sar. SCOARTZĂ DE ISTORIE VECHE,NASTEREA POPORULUI ROMÂN  ! DEDATĂ LA LAUDATE ATITUDINI FAŢĂ VECINII VENIŢI ÎN OBŞTIILE NOASTRE,  CA ALIAŢI !...   2 banutzi foaia, ! Ia gazeta ! Se vindee   2 bănutzi foia…. ÎN Caucalandul VECHI !

 

           GÂND_DE_CAL NR : 28 DECEMBRIE

 

    La Pense_du_Cheval, La Tapie/Racines - Pravile Ecumenic - hystoric, Gazette

 

          SCOARTZA,… PRAVILĂ

         ISTORICĂ_Gazete!

           UiEi_Gând.de.Cal.

 

 

               Gând_de_Cal.Gazete!

              Magazin de atelier :Tabloid de e-mail !

                     Nou organ de informaţie,

                  şi atitudine     cetăţenească,

                    MAGAZIN de cultură si istorie.

    Anul aparilie 2005 : numărul 7 :luna DECEMBRIE                                  

 

 

      Redactor sef : Unic Apacal,

Manager ordonator de credite :  Dorits Ujiin Europeense ;

Patron si Director general :  Christel Callghallho da Cascaix

 

Supra extra-Specialist pre-Bursier Copernic:î’NZADAR ROŞU Accent.

Tehnician imagine Artistică Vişual Formativă :  GothCicloth Othoabwa …Doi noi stîlpi-măi de redacţie reveniţi din Canada la insistenţele Şefului de Nouă Persepectivă,

surper-managerul becalist:NumHai Bellini PicthoraGotychul

  Un viteaz luptător de echipă refugiat de prigoana fotbalistă În Teamul nostru de vis:Hai Romania daţi golul care umple Plinul Europei În U.E. UEFA  ligue CELTHIC_Cells !

 Redactor de investigaţie : Eset Gresely Tastaura noua noastră

ziaristă colaboratoare ! …. o adevarată Fiară_de_investigaţie)

  Redactor de tematica excesivă : Christian Callghallho Calchan Scchos  de merite! din probe la redacţia sus amintită (supus român de origine portugheză )

 Critic angajat, fara plată : Maryvane Chalunda delaToya Rezileiros

 (Scoasă de sub pânda de rezileire, sau" BLÂNDA.. CARE TREBUIE ZIDITĂ"!)

    Tipografia :  Mai.reăul _ Măr domnesc (* T.L.G.*-uri)

                                                                  *    *    *

 

        NUMARUL  NOU : 7   din   28 Decembrie 2005

 

                          CUPRINS,avise :

 

·  SCRISORI,COMUNICĂRI PE SCURT, LETTRS (ROMÂNĂ-FRANCEZĂ !)

 

OBŞTILE GOTICE,OBIEIUL DE A SE ÎMPĂMÂNTENI PENTRU A SUBSITA ÎN PĂMÂNTURI STRĂINE,.. exemplificări..  Les communions gothiques pour a subsistée local a Dacie

  

·        CONSTRUCŢIA   EUROPEANĂ   ADMINISTRATĂ

 PE  VIII  SECOLE DE RECONSTRUCŢIE NATURALĂ

A    ETNIILOR   SUB NOI  HAINE  STATALE  DUPĂ PRĂBUŞIREA OCUPAŢIEI IMPERIALE ROMANE ÎN 271 d ch. ÎN DACIA

 

FUNCŢIA DE BARIERĂ şi de ÎNCHIDERE A CLANŢEI DE LA UŞA EUROPEI, ÎNDEPLINITĂ DE NAMURILE GOTICE PE ALINIAMENTUL LITVIA-VISTULA-KIEW-DNIPRU-TANAIS(Don)-SCYTHIA minor-ANADOLIA CONSTANTINOPOL,şi în care regatul Goţhiei lărite sau REGATUL CEL MIC:Caucaland pînă la Sibenburg şi Scaunele Săseşti , aşa zisul REGAT DE BUZĂU.. A AVUT O FUNCŢIE IMPORTANTĂ ŞI DE NEUITAT , pentru neamul nostru,PRIN OSTROGOŢI ŞI VIZIGOŢI

 

·  DESPRE REGII DE CAUCALAND ,DIRECŢI SAU DESCENDENŢI :

 

ATRACŢIA DEOSEBITĂ A UNEI CLIME ÎMBUNĂTĂŢI TE A ŢĂRII BUZĂULUI DAR CU RELIEFUL IDENTIC CU GOTHLAND-SCANDZA PĂRINTEASCĂ,CALCARUL DE BUZĂU ŞI MULTIPLELE ALBII ,NĂMOLOASE ALE BUZĂULUI,BOGATE ÎN LACURI, CU DEALURI BOGATE ÎN PĂDURI… AU FERMECAT PE NOII VENIŢI,..GONIŢI DE SCHIMBĂRI CLIMATERICE,DIN ŢINUTURILE NORDICE

 

·        TAMIFLU REZULTATE DECISIVE LEZIONALE SI SIMPTOMATOLOGICE

 

·  DESPRE ESUAREA STIINŢIFICĂ A CLONĂRII HUMANE,SAVANTUL VETERINAR SUD COREEAN.. PR HWANG WOO-SUK  AJUNS  LA O DESCONSIDERARE TOTALA DE LUMEA ŞTIINŢIFICĂ,ca farseur şi acaparator a unui buget de 40 milioane de dolari,.. ŞTIINŢA MEDICALĂ A CLONĂRII TERAPEUTICE ,PRINCIPIAL ÎN COLAPS…

 

·  SCRISORI,COMUNICĂRI PE SCURT (ROMÂNĂ-FRANCEZĂ !) :

 

SCRISOARE 1 :

Cu cele mai bune urari de Craciun si de anul Nou ,Multa putere de munca si multa sanatate..!

 

Cristian Calcan

 

 un semn de preocupare:

Dinastiile regilor goti de pe site de dinastiile  din toate timpurile Google .fr :

Dynastie des Goths. 


Bérig roi des Goths. Vers 2000. î.ch.

3 rois des Goths.

Gadarig Le Grand roi des Goths.

            1 enfant:

                - Filimer roi des Goths.

 

Zeuta roi des Goths.                /Zeuta getul /

Dicineus roi des Goths.       /Deceneu getul/

Zalmoxès roi des Goths.     /Zalmoxes getul/

Thanausis roi des Goths.

X roi des Goths.

Thomyris reine des Goths.Contemporaine de Cyrus II. 

/regina Thomyris...care a denumit orasul Tomis grecizat !)

Antyrus roi des Goths.

Gothila roi des Goths.

Buruista roi des Goths. Ier siècle av JC.  / Burebista!/

Comoric roi des Goths.

Scoryle roi des Goths. 40 ans.     /Scorilo getul/

Dorpaneus roi des Goths. Ier siècle ap JC.     /Decebal getul/

Ostrogotha roi des Goths. III ème siècle.

Ariaric roi des Goths.

Aoric roi des Goths.

Geberic roi des Goths. IVème siècle.

Observatie  am date precise ca OSTROGOTHA ESTE MAMA LUI CNIVA REGE GOT NASCUT LA 230 SI MORT DUPA 270..data încă indecisă:

·  DESPRE REGII DE CAUCALAND ,DIRECŢI SAU DESCENDENŢI :

 

 

Goog.fr Hunuil le roi des goths

des Ostrogoths, Gapt ou Geata (~0070 - ) - male
b. ABT 0070

spouse:
----------child:
des Ostrogoths, Humul

                           **

des Ostrogoths, Ostrogotha (~0200 - ) - female
b. ABT 0200

father:
des Ostrogoths, Hisarna
spouse:
----------child:
des Ostrogoths, Hunuil (~0230 - )  sau CNIVA

                                        **

des Ostrogoths, Hunuil (~0230 - ) - male
b. ABT 0230

mother: des Ostrogoths, Ostrogotha (~0200 - )
spouse:
----------child: des Ostrogoths, Athal

:Hunuil este Cniva ,copilul lui Ostrogotha ,trecuta in lista ca nascuta la anul 200 d.ch. iata mai jos lista dinastiilor gothe :

mentiune Obotrides sunt inruditi cu gotii sau chiar infratiti,erau asezati spre gurile Dunarii!.. Notati numele acestei regine DOBROGERA... Dobrogea..noastra..???deci toponimicul vine din alte surse,... decit numele balcanic bulgaro slavon... ASTA -I !

                                                                             *  **   *


des Obotrides, Dobrogera - female
father: des Obotrides, Wisislaus
mother: von Jutland, Hagiza
spouse: von Sachsen, Theodoric I (0640 - 0712)

- m. ABT 0665

----------child: von Sachsen, Weybrecht (~0665 - 0740)


des Obotrides, Gostkalk (? - 1066) - male
d. 1066

spouse: du Danemark, Sigrid

- m. BEF 1067


des Obotrides, Mstislaw Iii (~0925 - 1025) - male
b. ABT 0925
d. 1025

father: des Obotrides, Otto (0900 - 0975)
mother: du Danemark, Marina
spouse: ?, Marguerite
----------child: des Obotrides, Astrid


des Obotrides, Otto (0900 - 0975) - male
b. 0900
d. 0975

father: von Mecklemburg, Myeczislaw I (0875 - 0939)
mother: von Lebarten, Rotrud (~0869 - )
spouse: du Danemark, Marina

- m. ABT 0925

----------child: des Obotrides, Mstislaw Iii (~0925 - 1025)


des Obotrides, Wisislaus - male
spouse: von Jutland, Hagiza
----------child: des Obotrides, Dobrogera

                                          **  **   **


des Ostrogoths, ? - male
father: des Ostrogoths, ?
mother: des Wisigoths, ?
spouse:
----------child: des Ostrogoths, Theudegisele ou Theudegisdus (? - 0549)


des Ostrogoths, ? - male
spouse: des Wisigoths, ?
----------child: des Wisigoths, Theudis ou Thiudes (?
- 0548)

 
----------child: des Ostrogoths, ?

des Ostrogoths, Achiulf - male
father: des Ostrogoths, Athal
spouse:
----------child: des Ostrogoths, Hermanaric
----------child: des Ostrogoths, Ansila
----------child: des Ostrogoths, Ediulf
----------child: des Ostrogoths, Wulwulf (~0335 - )


des Ostrogoths, Achiulf - male
father: des Ostrogoths, Hermanaric
spouse:
----------child: des Ostrogoths, Hunimond


des Ostrogoths, Amal - male
father: des Ostrogoths, Augis
spouse:
----------child: des Ostrogoths, Hisarna


des Ostrogoths, Amalafrede - female
father: des Ostrogoths, Theudomir (~0430 - 0474)
mother: des Wisigoths, Erelicia (~0434 - )
spouse: des Vandales, Thrasamund (? - 0523)
spouse: ?, ?
----------child: des Ostrogoths, Amalberge
----------child: des Ostrogoths, Theodat (? - 0536)


des Ostrogoths, Amalasontha ou Amalasuintha (0494 - 0535) - female
b. 0494
d. 0535 in Bolsena, 01023, ?, Italie,

father: des Ostrogoths, Theodoric I dit le Grand (0454 - ~0526)
mother: des Francs, Audoflede ou Audofledis (? - 0534)
spouse: des Ostrogoths, Eutharic (~0490 - 0523)

- m. 0515

----------child: des Ostrogoths, Crothilde ou Fredegonde (~0515 - )
----------child: des Ostrogoths, Matasontha (? - >0535)
----------child: des Ostrogoths, Athalaric (? - 0551)
spouse: des Ostrogoths, Theodat (? - 0536)

- m. 0534


des Ostrogoths, Amalberge - female
father: ?, ?
mother: des Ostrogoths, Amalafrede
spouse: von Thuringen, Hermenfried


des Ostrogoths, Amfleda dite den Aldre - female
father: des Ostrogoths, Theodoric I dit le Grand (0454 - ~0526)
mother: des Goths, Theodora
spouse: des Vandales, Tharusmond
----------child: des Vandales, Amfleda


des Ostrogoths, Ansila - female
father: des Ostrogoths, Achiulf


des Ostrogoths, Athal - male
father: des Ostrogoths, Hunuil (~0230 - )
spouse:
----------child: des Ostrogoths, Achiulf
----------child: des Ostrogoths, Odulf


des Ostrogoths, Athalaric (? - 0551) - male
d. 0551

father: des Ostrogoths, Eutharic (~0490 - 0523)
mother: des Ostrogoths, Amalasontha ou Amalasuintha (0494 - 0535)
spouse: de Wisigothie, Clotild

- m. ABT 0545


des Ostrogoths, Augis - male
father: des Ostrogoths, Humul
spouse:
----------child: des Ostrogoths, Amal


des Ostrogoths, Berimond - male
father: des Ostrogoths, Thorismond
spouse:
----------child: des Ostrogoths, Veteric


des Ostrogoths, Crothilde ou Fredegonde (~0515 - ) - female
b. ABT 0515

father: des Ostrogoths, Eutharic (~0490 - 0523)
mother: des Ostrogoths, Amalasontha ou Amalasuintha (0494 - 0535)
spouse: d'ARDENNE, Brunulphe I (~0522 - 0565)

- m. ABT 0545

----------child: d'ARDENNE, Fredegonde (0545 - 0597)
----------child: d'ARDENNE, Brunulphe Ii (~0550 - 0618)


des Ostrogoths, Ediulf - male
father: des Ostrogoths, Achiulf


des Ostrogoths, Eraric (? - 0054) - male
d. 54


des Ostrogoths, Eutharic (~0490 - 0523) - male
b. ABT 0490
d. 0523

father: des Ostrogoths, Veteric
spouse: des Ostrogoths, Amalasontha ou Amalasuintha (0494 - 0535)

- m. 0515

----------child: des Ostrogoths, Crothilde ou Fredegonde (~0515 - )
----------child: des Ostrogoths, Matasontha (? - >0535)
----------child: des Ostrogoths, Athalaric (? - 0551)


des Ostrogoths, Gapt ou Geata (~0070 - ) - male
b. ABT 0070

spouse:
----------child: des Ostrogoths, Humul


des Ostrogoths, Hermanaric - male
father: des Ostrogoths, Achiulf
spouse:
----------child: des Ostrogoths, Achiulf


des Ostrogoths, Hisarna - male
father: des Ostrogoths, Amal
spouse:
----------child: des Ostrogoths, Ostrogotha (~0200 - )


des Ostrogoths, Humul - male
father: des Ostrogoths, Gapt ou Geata (~0070 - )
spouse:
----------child: des Ostrogoths, Augis


des Ostrogoths, Hunimond - male
father: des Ostrogoths, Achiulf
spouse:
----------child: des Ostrogoths, Thorismond


des Ostrogoths, Hunuil (~0230 - ) - male
b. ABT 0230

mother: des Ostrogoths, Ostrogotha (~0200 - )
spouse:
----------child: des Ostrogoths, Athal


des Ostrogoths, Matasontha (? - >0535) - female
d. AFT 0535

father: des Ostrogoths, Eutharic (~0490 - 0523)
mother: des Ostrogoths, Amalasontha ou Amalasuintha (0494 - 0535)
spouse: des Ostrogoths, Vitiges (? - 0563)

- m. 0536

spouse: ?, Germanus (? - 0550)

- m. BEF 0551

----------child: ?, Justin (? - 0568)


des Ostrogoths, Odulf - male
father: des Ostrogoths, Athal


des Ostrogoths, Ostrogotha (~0200 - ) - female
b. ABT 0200

father: des Ostrogoths, Hisarna
spouse:
----------child: des Ostrogoths, Hunuil (~0230 - )


des Ostrogoths, Ostrogotha - female
father: des Ostrogoths, Theodoric I dit le Grand (0454 - ~0526)
mother: des Francs, Audoflede ou Audofledis (? - 0534)
spouse: des Burgondes, Sigismond I (<0525 - 0524)

- m. BEF 0523

----------child: des Burgondes, Sigeric (<0523 - 0522)
----------child: des Burgondes, Swavegothe (? - 0554)


des Ostrogoths, Theias (? - >0552) - male
d. AFT 0552


des Ostrogoths, Theodat (? - 0536) - male
d. 0536

father: ?, ?
mother: des Ostrogoths, Amalafrede
spouse: des Ostrogoths, Amalasontha ou Amalasuintha (0494 - 0535)

- m. 0534


des Ostrogoths, Theodebald (? - >0540) - male
d. AFT 0540


des Ostrogoths, Theodegotha - female
father: des Ostrogoths, Theodoric I dit le Grand (0454 - ~0526)
mother: des Francs, Audoflede ou Audofledis (? - 0534)
spouse: des Wisigoths, Alaric Ii (~0458 - 0507)

- m. ABT 0502

----------child: des Wisigoths, Geisalic ou Gesalic (? - 0511)
----------child: des Wisigoths, Amalaric (0502 - 0531)


des Ostrogoths, Theodoric I dit le Grand (0454 - ~0526) - male
b. 0454
d. ABT 30 AUG 0526

father: des Ostrogoths, Theudomir (~0430 - 0474)
mother: des Wisigoths, Erelicia (~0434 - )
spouse: des Goths, Theodora
----------child: des Ostrogoths, Amfleda dite den Aldre
spouse: des Francs, Audoflede ou Audofledis (? - 0534)

- m. 0491

----------child: des Ostrogoths, Theodegotha
----------child: des Ostrogoths, Amalasontha ou Amalasuintha (0494 - 0535)
----------child: des Ostrogoths, Ostrogotha


des Ostrogoths, Theudegisele ou Theudegisdus (? - 0549) - male
d. 0549

father: des Ostrogoths, ?


des Ostrogoths, Theudomir (~0430 - 0474) - male
b. ABT 0430
d. 0474

father: des Ostrogoths, Wandalar (? - ~0459)
spouse: des Wisigoths, Erelicia (~0434 - )

- m. BEF 0475

----------child: des Ostrogoths, Theodoric I dit le Grand (0454 - ~0526)
----------child: des Ostrogoths, Amalafrede


des Ostrogoths, Thorismond - male
father: des Ostrogoths, Hunimond
spouse:
----------child: des Ostrogoths, Berimond


des Ostrogoths, Totila ou Baduela (? - >0551) - male
d. AFT 0551


des Ostrogoths, Valamir - male
father: des Ostrogoths, Wandalar (? - ~0459)


des Ostrogoths, Veteric - male
father: des Ostrogoths, Berimond
spouse:
----------child: des Ostrogoths, Eutharic (~0490 - 0523)


des Ostrogoths, Vidimir I - male
father: des Ostrogoths, Wandalar (? - ~0459)
spouse:
----------child: des Ostrogoths, Vidimir Ii


des Ostrogoths, Vidimir Ii - male
father: des Ostrogoths, Vidimir I


des Ostrogoths, Vitiges (? - 0563) - male
d. 0563

spouse:
des Ostrogoths, Matasontha (? - >0535)
- m. 0536


des Ostrogoths, Walaravans (~0300 - ) - male
b. ABT 0300

father: des Ostrogoths, Wulwulf (~0335 - )
spouse:
----------child: des Ostrogoths, Winitar (? - 0400)


des Ostrogoths, Wandalar (? - ~0459) - male
d. ABT 0459

father: des Ostrogoths, Winitar (? - 0400)
spouse:
----------child: des Ostrogoths, Valamir
----------child: des Ostrogoths, Vidimir I
----------child: des Ostrogoths, Theudomir (~0430 - 0474)


des Ostrogoths, Winitar (? - 0400) - male
d. 0400

father: des Ostrogoths, Walaravans (~0300 - )
spouse:
----------child: des Ostrogoths, Wandalar (? - ~0459)


des Ostrogoths, Wulwulf (~0335 - ) - male
b. ABT 0335

father: des Ostrogoths, Achiulf
spouse:
----------child: des Ostrogoths, Walaravans (~0300 - )

 

                                                *  **  **

 

ATRACŢIA DEOSEBITĂ A UNEI CLIME ÎMBUNĂTĂŢI TE A ŢĂRII BUZĂULUI DAR CU RELIEFUL IDENTIC CU GOTHLAND-SCANDZA PĂRINTEASCĂ,CALCARUL DE BUZĂU ŞI MULTIPLELE ALBII ,NĂMOLOASE ALE BUZĂULUI,BOGATE ÎN LACURI, CU DEALURI BOGATE ÎN PĂDURI… AU FERMECAT PE NOII VENIŢI,..GONIŢI DE SCHIMBĂRI CLIMATERICE,DIN ŢINUTURELE NORDICE

 

          AUX PAYS DE BUZĂU,RECOPOLIS (Espagnole) ou la fortresse de MĂGURA ?... OU CAUCALAND EN III SIECLES POUR DEUX OU TROIS CENT ANS SE FORME DES ROYALITE DES OSTROGOTHS EN MELANGE AVEC DES AUTOCHTONES DE LA DACIE (LES DACO-GETTES) SUR LE PERSONNE REGALE DE CNIVA ….

ils  font sans doute allusion ŕ la mystérieuse Caucaland, nom de lieu qui revient bizarrement plusieurs fois dans les chroniques anciennes. C'est lŕ que se réfugia, en particulier, le juge(LE ROI) Athanaric avec ses fidčles, lorsqu'il fut mis en déroute par les Huns, pendant que le reste (une parte) de la nation ostrogothique traversait le Danube, pour se réfugier sur les terres de l'Empire.  "qu'Athanaric, toujours attaché ŕ ses serments, ne voulut point entrer sur les terres des Romains; il se réfugia dans le pays montagneux de Caucaland, défendu et presque caché, ŕ ce qu'il paraît, par les impénétrables foręts

 

 En concomitance au pays de Buzău, ou Caucaland en III sičcles pour deux cent ans ou trois cent se forme des royalite des ostrogoths en mélange avec des autochtones de la Dacie (les daco-gettes) sur le personne régale de Cniva qui  a faite des incursions contre le Decius empereur de empire romaine de l’est (d’origine getic-Illirique), en le battre  et vaincu le Decius, qui hélas ! Est le premier empereur romain qui   a essai mort sur les champs de la bataille !! Au l’Abrités presque de Philippines en 251 et puis vienne le Roy Visigoths Fritirgern qui battre l’empereur Valens au Adrianopole en 378,.. une célčbre bataille  désastreuse ou se  produire une décimée  des quelque légions romaine, qui sont en finale sont détruite complčte et Valens étaient morte sur le champs de bataille ,en feu (de la sa cabane des bois ! ses Pages régales dont le Feu au Valens !),…et puis sur la royaume de Caucaland(le pays de Buzau) vient les Gepides, les ostrogoths formaient l’empire romaine de l’ouest sur le Theorodic I en 454  a Ravenne qui battre l’empereur Odoacre romaine(skinde) barbare arianiser. Dans tous cette moments l’Ostrogoths et puis des Visigoths, et des Gepizi en dans l’ordre resteraient en mélange  avec des petite communautés avec des autochtones, qui reste sur la place, en se ont forme une liaisons de communautés normale en amicitie/amicalité ! Les goths comme le dit Jordaens sont frčres approches/voisins des Dacks et ils sont Goths similaires des Geati(Getti), et aussi des Carpi, Sarmates, Roxolanis et Yazigis ,Bastarns et Gepids, ..des goths lentes ! puis les ostrogoths devenneraient  des vassales des Hunes autour de  ans 4o7-420  d’apres la naissance de Christ,..Et sont leurs alliées en tous leurs  luttes dans le sičcle V.,..Jusques Attila étaient battu en France de l’armée des Francs-gaulauoise alliée,sur les champs Chatalounnique avec  les romaine  du Flavius, … et Attila étai morte (plus tarde de maladie infectieuse : la holere ? …se dite).

 

Tous commence avec le sacrifice de la Sava Le Gothe  une inconnue lieder de sa expression,militaire, théologique,négociateur et diplomate secrčte, un bon assigurative/asurencent/garante... conservateur des les lois chrétienne, comme des calites aussi que Le Saint Pierre en contacte avec des hommes de ville et des village des petite monastčre, isihastique sur le territoire de la Gothie ou Gepidie(sur la nominalisation de l’autorité statale et administrative,…cette est la prerogatiffe des  ces qui faite le state d’aprčs leurs force organisée … d’armée, et qui sont reconnus des ses voisine,et leur chancellerie : Byzantine et de l’Etates apostolique du Rome), et aussi le dennome : la Roumanie, comme le dennome l’ancientes hommes du terre,et incorporée, presque  de leur assentiment du pays de Buzau (męme Caucalande).. et qui devient plus tarde,.. autour de 900-1000 d.ch. en entiere … la Valachie !  

Le royaume des Goths sur  la Roumanie,post Dacia Felix romaine,.. Entre 250 et 400 -500 d.ch… postérieure du naissance de  Chirst, et en spécial au pays de Buzau,Caucaland –comme se dit Le petite royaume de Buzău,presque de Sibenburg, a reste sur la place, post  l’invasions des romaines et la connquete du royaume des dacks,.. Des Dacks,..Des Gaetti et sur l’autorité militaire de Ostrogoths, et Visigoths et des Gepids sur cette territoire, autoure et centre des montagne du Buzău, et du Vrancea, des montagnes  de Carpathes de la Courbure, identifiée sur la parte centrale de la monte ISTRIŢA : le clé de la porte de seule route confortable pour la char et  des chariotes des nomades vers l’Europe, dans la Migration du premičre millenium !

 Je faite des citâtes :”est un plateau situé ŕ l'intérieur de l'arc des Carpates. On peut conjecturer que le pays montagneux dont parle Ammien Marcellin est sans doute ŕ rechercher vers le nord-ouest de Pétroasa, en direction des monts du Fŕgŕrach. C'est un pays magnifique, couvert de foręts de conifčres et d'un accčs trčs difficile. Il n'est pas étonnant que les Romains, d'abord, et les Huns, ensuite, aient renoncé ŕ poursuivre les Goths dans ce genre de retraite.

Athanaric et ses troupes étant demeurés en ces lieux environ quatre ans, on peut penser qu'il s'y trouvait une ou plusieurs "structures d'accueil", préparées ŕ l'avance. En vérité, qu'il y ait eu ou non une "cité fortifiée" ŕ Caucaland importe peu! Ce qu'il convient de retenir c'est que les Goths, lorsqu'ils vivaient en Dacie, possédaient un réduit défensif dans les Carpathes, au mystérieux "pays de Caucaland" ! 

En une autre citation : “en 578, d'une mystérieuse ville nommée Récopolis. située sur une colline de la haute vallée du Tage(Espagne !), dans la région d'Almonacid de Zorita - ŕ l'est de Guadalajara,- donnait ŕ penser que la ville aurait pu se trouver en ce lieu. Depuis, des fouilles ont été entreprises, et les substructures de ce que l'on suppose ętre un ancien palais, de forme trčs allongée, ont été mises ŕ jour.

De męme l'emplacement des anciennes fortifications a été repéré, des fragments architecturaux et des pičces de monnaie ont été retrouvés; toutes choses qui corroborent l'hypothčse de l'origine wisigothique des lieux. Le site se trouve sur une terrasse géologique, nommée aujourd'hui colline de la Oliva, proche du village de Zorita de los Canes. Le "palais" était bâti sur les bords d'une falaise qui domine les rives du haut Tage d'une soixantaine de mčtres environ.

L'historien espagnol Lauro Olmo Enciso, qui étudie depuis de nombreuse années l'urbanisme wisigothique, et qui a effectué des recherches ŕ Récopolis(la nouvelle Troya, ou illion) dit, en parlant du site de la ville:

" IL faut signaler que le type d'emplacement qui caractérise Récopolis est commun ŕ tous les sites de l'époque wisigothique, ce qui laisse ŕ penser que les Wisigoths avaient une prédilection pour ce genre de lieu. Enfin, il ne faut pas oublier qu'en plus de son importance stratégique, la ville avait aussi un caractčre résidentiel."

Cette opinion, formulée par un spécialiste, oblige ŕ souligner l'analogie qui existe, au plan topographique, entre les sites de Récopolis et de Rhédae,… :  Elles sont toutes deux situées sur une éminence, un plateau calcaire dont un côté est bordé par une falaise dominant un cours d'eau.

Le site de Rhédae est, en outre, dominé lui-męme par une acropole qui fait défaut ŕ Récopolis; il est d'une surface beaucoup plus importante et le paysage y est infiniment plus attrayant.

Si, comme le dit cet historien, "...les Wisigoths avaient une prédilection pour ce genre de lieu", alors il est certain que les rois de Toulouse, prédécesseurs de Léovigild, n'ont pu échapper ŕ l'attrait du site de Rhédae.

Au nom d'un rationalisme trčs incertain, d'aucuns pourront rétorquer qu'une analogie de sites ne constitue pas le moindre début de preuve!

 Pourtant, si l'on se place au niveau de la mentalité de cavaliers nomades, vivant comme les Goths dans des chariots, "l'architecture naturelle" avait peut-ętre une importance qui nous échappe aujourd'hui.

Ce que l'historien espagnol a qualifié du terme de "prédilection" pour certains lieux, …

.. n'était peut-ętre que la simple reconnaissance de reliefs orographiques, mieux adaptées que d'autres ŕ la stratégie de ces anciens guerriers nomades.

 En effet, quoi de plus naturel que de choisir un grand plateau élevé, apte au stationnement d'une multitude de chariots, limité sur un ou plusieurs côtés par une falaise constituant une excellente défense naturelle, et au pied de laquelle coule un cours d'eau.

Mais l'analogie ne s'arręte pas lŕ. A Récopolis comme ŕ Rhédae l'un des côtés de la ville fait face ŕ un grand plateau.

Ceci tient sans doute au fait que la configuration des places foréts/bois de création wisigothique, en tout cas au début, devait ętre liée ŕ leur atavique mode de combat. Il est bien connu que ces derniers, qui étaient pour la plupart des cavaliers, avaient hérité des Alains et des Huns le mode de combat propre aux nomades des steppes: ils livraient toujours bataille en rase campagne.

Cette prédilection pour cette reliefs orographique, qui sont décrite, au dessous sont conforme que le relief des collines de pays de Buzau,ou les plateaux des calcaire,avec des vallées abrupte sont entourée des trčs plusieurs courtes de l’eaux foudroiement/fourieusses, des forés  immpennetrable,des relief trčs accidenté,et aussi périlleux/dangereux,avec des aigu points des pierre comme des falaises abruptes lamellaire et en vrais courbure lithique (des obstacles de pierre qui se rompre  toujours en grande déséquilibre.. se rompre  en baisse,en avalanche des pierre ! monstrueuse obstacles comme a la montagne de Siriu et le monte Penteleu ),

… et des montagnes sauvages plues que 15oo -1700 mtr altitude,et  en milieu des terre,des beaucoup  lieux avec de forme de champs  plate horizontale(sur des plates des Calcareuse dommage, trčs bonne pour des  sites plates de  fortification en pierres et inconnu autour des grande et immpenetrable   sauvage forets/bois, qui  lui l’est faire des ecrannes et les faite aveugle pour les intruses ,et en plus sur cette pays de Buzau  ou Caucaland, une seule route au milieu de la valles en sinuosité de la rive Buzau(une affreuse rive avec des inondations sur le printemps et sur l’automne,..

faire la transportation permissible mais  dangereuse.. de les champs de l’est vers les plateaux de Transylvanie, et vers La Pannonie et  L’Autriche du sud sur la visage de l’Europe,.. par la champagne de Pad septentrionale  au l’Italie, ou les codes des Alpes française vers les  champagne de la  bouche du Rhône, et le littorale mediteranniene de l’Espagne au Barcelone,et aux Pirenne/Pirinnee des vasconnes,et  le ville de Pamplona en final.

 Ici se dire que existe des fortification goths inconnu  une trčs grande sur le montagne Istrienne a l’altitude de 749mtr ,et l’autre sur le plateau de Măgura au l’altitude de 574 mtr, ou sont des nombreuse, champs plates en liaison autour de la plateau centrale et trčs nombreuse des clairičres, grande, sur une aligne cartographique la citadelle de Măgura,la forteresse de Halesch et le Fortification castellan sur d’Istritza sont aligne nord  au sud ,avec precissement dans une ligne  trčs ferme ! .. Est tres importante partout entre les collines et les  petites vallées et le petites champs,.. existe de marais et marécage par l’afflux permanente de l’eaux sur les couverture des calcaires, et de  mince couverture de humus et  des semi-tourberrie des petite marais inconstante autour de petite lacs dans les  forettes..  .Ici etez comme en GotlandScandza ancienne et ..... L’aujourd’hui !

                                                             *     *  *    *

 Les rois Goths de cette Caucalande au petite royaume de Buzău-lands,.. et des champs estique(vers Dnipru, et dnistru) de la Scythie major et mineure(Dobrogera !) sont :

 Cniva , ou Hunuila de Jordaens, ostrogots a 250(230- 275 ?)  Puis s’affirme comme personne royale son fils   Athal ,

ATHAL, etez  le pčre de Odilon et ACHIULF, puis le fils de Achille est  dennome HERMANARIC( qui vivre d’aprčs 110 ans  a il est morte a 378 par une  accident  de comploter,dans la guerre avec des Hunes !), : suivre  au tronne son fils : ACHIULF II seconde :  suivre ( son fils)  HUNIMOND , et puis : suivrez le fils de ces roi :  THORISMOND, puis sons fils de Thurismonds,et puis son fils :BERIMOND,et puis vienne au trône son fils :VETERIC ,puis le fils de se roi est  EUTHARIC(490 – 523) !! Et puis  son fils : ATHALARIC (morte  a +551)

* Le roi WALARAVANS entez ne a 300(n 300) est il  le pčre de : WULWULF (n.335), son fils est   Wulwulf (335) , et le fils de Wulwulf est   WINITAR( morte +400)

Ne en 370 Alaric le Grand, le pčre de >>Théodorede

 * Le roi  WANDALAR (( ~ 430 – 474 , morte 459+) :  avait comme fils : : VALAMIR;VIDIMIR;   THEUDOMIR (430 – 474), le fils de ces roi est   THEODORIC I   le grand ( 0454 - 0526)  THEDORIC I  LE GRAND (454-~526) avait une fillette   Ostrogotha II,seconde

 * VETERIC EST le pčre de    EUTHARIC  (~0490 - 0523) : et puis vienne au trône son  fils Athalaric (? - 0551)


En 376, les Wisigoths occupaient autrefois l'ancienne Dacie, aujourd'hui la Roumanie  Ils possédaient sans doute certains points d'appui fortifiés, telle l'ancienne forteresse de Dinogétia, aujourd'hui Garvan, qui se dressait dans le dernier coude que fait le Danube avant de pénétrer dans son delta. On pense que c'est non loin de lŕ, en un lieu nommé Perice, que serait né en 370 le pčre de Théodorede, Alaric le Grand. .

Certains historiens pensent que les Goths y avaient aménagé quelques refuges fortifiés: ainsi Pédro de Palol et Gisella Ripoll qui indiquent que "les Goths établirent des points stratégiques en Dacie, en particulier en Transylvanie, afin de faire face aux attaques de l'armée romaine que l'exploitation des mines d'or avait attirée dans cette région".

S'agissant précisément de la Transylvanie, ils font sans doute allusion ŕ la mystérieuse Caucaland, nom de lieu qui revient bizarrement plusieurs fois dans les chroniques anciennes.

C'est lŕ que se réfugia, en particulier, le juge Athanaric avec ses fidčles, lorsqu'il fut mis en déroute par les Huns, pendant que le reste de la nation traversait le Danube, pour se réfugier sur les terres de l'Empire. S'inspirant d'Ammien Marcellin, Gibbon rapporte "qu'Athanaric, toujours attaché ŕ ses serments, ne voulut point entrer sur les terres des Romains; il se réfugia dans le pays montagneux de Caucaland, défendu et presque caché, ŕ ce qu'il paraît, par les impénétrables foręts…. ( a continue vers Benning1 le  recente articole aux  les peuples wizigothique   des Goths au Pays de Buazau ou Caucaland  !)

 

                                   

 

                                           **

Scrisoare 2 :

 

Ia vezi tu dragutule ce se poater da de aici !..ce mai faci hârlau?? Ti-ai gasit alinare in abra-

ţele  pustnicei slabite de algoerithmi..Fortza fortza la sciula baroassse !.Eu am rezolvat treburile de la fisc-erapis arătând scrisoare de la preşedintele Chirac..extraordinar ce impact a avut asupra buzoienilor cârtitori,..sunt per cale sa devin un monument public de închinare,..scolo delo patate broştine !

 bai haidamacule blînd o să a ploua la munte prăpăd !.. daţi banii de pomană.. cereţi reducere sau anulare...spor la cotcod-acid în ograda în care eşti inchis iremediabil  Closcda-cada-bunule de corbitz...

 

 csziruss cziss ottogothicul rebel

 

Cher téléspectateur,

Vous avez pris la peine de nous contacter par le passé pour nous faire part de vos remarques concernant TV5. C'est pourquoi je me permets aujourd'hui de vous écrire pour vous annoncer la naissance, le 2 janvier 2006, du nouveau TV5 : nouvelle identité, nouvelle grille, nouveaux programmes et nouvel habillage.

L'ensemble de ces adaptations vise au seul objectif de mieux répondre à vos attentes.

En effet, nous avons été particulièrement attentifs à vos remarques et à vos demandes, qu'elles soient exprimées par courriel ou au travers de sondages et études que nous avons menés récemment sur notre site internet.

 Jean-Jacques Aillagon
Président Directeur Général
TV5MONDE

 

                                            * * *

 Je  lui reponse :
 Monsieur Jean-Jacques Aillagon
Président Directeur Général
TV5MONDE

 Je suis  prete de vous et des votre decissiones,et de votre perfectione,.. de.. plus en plus.


O-la-la !.. vous etez aussi et deja perfecte!... mais aussi perfectible !


A mon sensibilite je divise mon temps de visualisation entre l'emmissiones culturele et de passage a l'autres pays,et l'emmissione des informationnalisee, ...

..des journales,des rendevous politique! et je vous
faire une decodificatione d-une secrete: je suis avec mes oyes, maitenanate et toujours sur vous,avec votre frere italique Rai-Uno.


...En particuliere il me plaite le films avec des texte  en francaise placee au dessus! (ma memoire  tres visualiste.. est en extasse!,..et je me puete/pouvoire !)
rememorisses le vrais et elevate constructione des textes(plusque son aspecte de modernisatione... linqvistique!)

 Votre plage des discoursses sont tres agreables en balance entre
l'actualitee et la modernissme et les vrais  tigees de la historie ancienne et presque recente...

 

Je vous dite qu- existe une trace de retromodernisme par les presentatione des  les epoque anciennes de premiere mileniumme,..

ici est le courente innobservable,et possible irreversible!.. en avers avec a la... le Globalisationne? moderne et moderniste,

 

elle reste transferaite de la politique(qui est une bluff  .,..nord-atlas! )  mais reste .. .a la economie des marchands,et de  la statalite en son singularite,sur  une face de partenere economique!)

Les tiges des ancetres deveniaent brusquemente des traces des illuminationes des routes comme... des Champes Elysees sur le pointes ..

..entre l'Avenire et la Passee Eroique,..entre L'Arc de Trioumphe et Le Toure Eiffel,.. ici est notre presente situationne!..

 

Il est le courentes generale europeene et meme aussi aux autre continentes ,pas de nord atlantique!


Chere Directeur, Pour Vous abssolumente !
Pour..votre famillie,
 Pour votre colaboratoires et leure famillies :

Joyeuse Fetes!,Bon Noel ,..Noel numerau 2 au 25 decembre( mon Noel -Craciun orthodoxe!), Et..

 

 Bone Nouvel ans 2006 !

avec beaucoup  des plaisieres et de courtouoissie  discrete et sincere

 Cristian Calcan,
Buzau,Romania

 

                                                                *  * **  *

 

·  SCRISORI,COMUNICĂRI  JURNALIERE PE SCURT (ROMÂNĂ-FRANCEZĂ !)  CLONAJUL TERAPEUTIC SAU Gripa Aviara :

 

Grippe aviaire : inquiétude et colère en Turquie /Le Monde

ÉPIDÉMIE Un troisième enfant est mort hier matin en Anatolie à cause du virus asiatique H5N1. Les foyers d'infection de volailles se multiplient dans plusieurs régions turques.

Marie-Michèle Martinet

[07 janvier 2006]

LA GRIPPE aviaire a fait une troisième victime en Turquie : une petite fille de 11 ans est morte hier matin à l'hôpital de Van, où elle luttait depuis plusieurs jours contre la mort qui avait déjà emporté son frère Mehmet, puis sa soeur Fatma. Après l'enterrement du petit garçon, dans le village de Dogubayazit, les chaînes de télévision ont donné la parole au père des enfants, qui a confirmé que la famille avait bien consommé de la volaille infectée. Les gamins auraient ensuite joué avec les têtes des poulets morts : selon le docteur Ahmet Faïk Öner, qui a soigné les enfants, une telle manipulation pourrait être à l'origine de la contamination. Les parents n'ont pas succombé à la maladie. Leur plus jeune garçon de 6 ans, seul enfant de la famille rescapé pour l'instant de cette hécatombe, est toujours hospitalisé à Van où une quinzaine de personnes, «dont une dans un état critique», selon le médecin chef, sont traitées avec l'antiviral Tamiflu.

Les analyses ont confirmé hier la responsabilité du redoutable virus H5N1 dans ces décès. Dans ce contexte, la peur gagne du terrain en Turquie, d'autant que la multiplication des foyers d'infection fait craindre une offensive de grande envergure. En dépit des propos rassurants du ministre de la Santé, Recep Akdag, qui estime que l'«on ne s'attend pas une épidémie en Turquie», le pays dénombre à ce jour au moins six foyers d'infection animale. La province la plus touchée est celle d'Igdir, près des frontières de l'Iran et de l'Arménie. Mais à 250 kilomètres à l'ouest, dans la province d'Erzurum, la crainte d'une possible contamination a conduit les autorités à ordonner des abattages massifs préventifs. Encore plus loin, à 750 km en direction du sud-ouest, dans la province de Sanliurfa, la présence de la maladie a également été confirmée. Plusieurs organes de presse ont même annoncé, sans que cette information soit officiellement confirmée, que la région de Yozgat était également touchée. Cette ville du centre du pays n'est éloignée que de 200 kilomètres de la capitale, Ankara.

 Critiques de la presse

Il y a tout juste un mois, le 9 décembre 2005, les autorités turques s'étaient félicitées, peut-être un peu trop tôt, d'avoir éradiqué la grippe aviaire. Après l'identification du virus H5N1, en octobre, dans un village situé à l'ouest du pays, près de Balikesir, plus de 9 000 volailles avaient été abattues, et l'épidémie circonscrite. Aucune contamination humaine n'avait été déplorée. Mais le gouvernement semble cette fois pris de court.

La presse turque ne ménage pas ses critiques à l'égard de ceux qu'elle accuse au mieux de laisser-aller, au pire de manipulation. Le quotidien à grand tirage Hürriyet reproche aux autorités de l'Etat d'avoir, au début de la semaine et pendant plus de trois jours, fait preuve d'une «incroyable négligence» en minimisant le danger. Le journal demande des comptes au porte-parole du gouvernement, Cemil Cicek, également ministre de la Justice. Soucieux sans doute de couvrir le silence des responsables, Cemil Cicek avait accusé d'«excès de zèle» les fonctionnaires ayant parlé de la maladie à la presse.

Toujours dans les colonnes d'Hürriyet, Deniz Baykal, le chef du CHP, le principal parti d'opposition, estime pour sa part que «l'opinion publique a été trompée». Le journal populaire Sabah regrette «quatre jours perdus dans une irresponsabilité totale». Quant au quotidien Cumhuriyet, il résume en trois mots l'humeur de tout un pays en titrant : «La peur augmente».

Face à cette avalanche de critiques, le ministre turc de la Santé, Recep Akdag, s'efforce néanmoins de faire front et assure que le pays dispose de stocks suffisants d'antiviraux. L'Organisation mondiale de la santé lance également un appel au calme, même si la maladie se trouve désormais «aux portes de l'Europe». 

                                                              * * *

 

·   DESPRE ESUAREA STIINŢIFICĂ A CLONĂRII HUMANE,SAVANTUL VETERINAR SUD COREEAN.. PR HWANG WOO-SUK  AJUNS  LA O DESCONSIDERARE TOTALA DE LUMEA ŞTIINŢIFICĂ,ca farseur şi acaparator a unui buget de 40 milioane de dolari,.. ŞTIINŢA MEDICALĂ A CLONĂRII TERAPEUTICE ,PRINCIPIAL ÎN COLAPS…

 

1.Clonage humain : le grand bond en arrière

Martine Perez

[24 décembre 2005]

C’est l’histoire d’une fraude scientifique qui aura sans doute d’immenses conséquences, puisqu’elle remet en cause le concept de faisabilité du clonage humain thérapeutique. La réalité de la première expérience révélée en 2004 par le professeur Hwang est remise en question après qu'une enquête indépendante a montré en Corée du Sud qu'il avait falsifié ses résultats.

C'est l'histoire d'une fraude scientifique qui aura sans doute d'immenses conséquences puisqu'elle remet en question le concept de faisabilité du clonage humain. Une commission d'enquête a confirmé hier que le professeur Hwang Woo-suk, le scientifique coréen ayant réussi à produire le premier embryon humain par clonage, avait triché, au moins partiellement. Dans la foulée, Hwang Woo-suk, un dieu vivant dans son pays, a annoncé sa démission de la chaire d'études vétérinaires à l'université de Séoul.

Cette affaire bouleverse les espoirs mis dans cette médecine dite régénérative, basée sur l'idée qu'à partir des cellules de l'embryon cloné d'un individu malade, on pourrait les lui regreffer pour traiter des maladies incurables comme l'Alzheimer, le Parkinson... La chute du scientifique coréen risque d'entraîner une suspicion sur la recherche en biotechnologie en Asie, peu regardante en matière d'éthique et sur les revues scientifiques pourtant de haut niveau qui ont publié ses résultats frauduleux. Cette affaire doit aussi mettre en cause la pression qui s'exerce désormais sur les chercheurs les plus brillants pour produire des résultats spectaculaires.

 Il aura fallu seulement un mois d'enquête, après les premiers doutes en octobre dernier, pour que le professeur Hwang Woo-suk, célébré comme un roi dans son pays, présenté comme un modèle par tous les chercheurs sur le clonage de la planète, tombe comme un vulgaire malfaiteur et devienne un objet d'opprobre pour le monde entier.

Le 12 février 2004, le professeur Hwang Woo-suk annonce dans la prestigieuse revue américaine Science avoir réussi à produire des embryons humains par clonage et avoir fabriqué, à partir d'un de ces embryons, plusieurs cultures de cellules souches. La performance est saluée par la communauté scientifique internationale et partout des chercheurs alléchés par ces résultats réclament le droit de travailler sur le clonage humain dans un but thérapeutique. Le 19 mai 2005, Hwang annonce, toujours dans Science, avoir produit 11 lignées de cellules souches à partir d'un clone humain. Personne, depuis, n'a confirmé ces expériences. La contestation des travaux coréens remet donc en question la faisabilité même du clonage humain.

Ovocytes prélevés contre rémunération

Tout allait pour le mieux pour le pape du clonage Hwang Woo-suk qui bénéficiait de crédits considérables pour ces recherches (40 millions de dollars depuis 2002), quand, il y a quelques semaines, un ex-collaborateur, Gerard Schatten, (université de Pittsburg) l'accuse d'avoir prélevé des ovocytes sur ses collaboratrices rémunérées pour réaliser ses premiers clonages, ce qui est contraire à l'éthique. Un embryon humain cloné ne peut en effet s'obtenir qu'en insérant le noyau d'une cellule humaine dans un ovocyte prélevé sur l'ovaire d'une femme.

Hwang s'excuse et reconnaît le 25 novembre dernier que, contrairement à ce qui avait été écrit dans l'article de Science, les donneuses d'ovocytes avaient été payées. Il décide de démissionner de ces fonctions honorifiques, tout en gardant sa chaire de professeur.

L'affaire n'en reste pas là. Le vendredi 9 décembre, la revue Science annonce dans un communiqué que plusieurs «erreurs» émaillent l'article de Science du 19 mai 2005 qui révélait la production de 11 lignées de cellules souches embryonnaires à partir d'un clone humain. Roh Sung-il, collaborateur direct de Hwang, en accord avec son patron, demande alors à la revue américaine le retrait de cette publication. Une enquête indépendante de l'université de Séoul comprenant neuf membres est mise en place.

Hier, avec la présentation des résultats, le rutilant château de sable construit par le professeur Hwang s'est effondré. Selon la commission d'enquête coréenne, le docteur Hwang aurait manipulé les photographies et les données de deux lignées de cellules afin de faire croire que son équipe avait extrait 11 lignées à partir d'un embryon cloné, ce qui est faux. «L'article de 2005 ne comprenait pas seulement de simples erreurs mais a été sciemment falsifié», a conclu la commission coréenne. Le chercheur coréen, qui depuis le début de la polémique adopte un profil bas, a pris acte de ces conclusions, en déclarant simplement sur une chaîne de télévision : «Je demande sincèrement pardon. Je démissionne de mon poste de professeur.»

Toutes les questions ne sont pas résolues pour autant. L'enquête ne dit pas si les deux lignées qui restent proviennent bien d'un embryon humain cloné, si les embryons clonés humains annoncés en 2004 ont vraiment existé... Des tests génétiques devraient permettre d'y voir plus clair dans les jours qui viennent. Cependant, ces tricheries multiples remettent en question toute la recherche sur le clonage humain.

Bond en arrière

«Nous sommes revenus un an et demi en arrière. Il n'existe aujourd'hui aucune preuve que nous pouvons faire du transfert nucléaire chez l'homme (NDLR, clonage humain), nous explique Hervé Chneiweiss (directeur de l'unité Inserm U752). «C'est un séisme politique parce que les pays du monde entier, sur la foi des résultats de Hwang, s'apprêtent à voter des lois sur le clonage ou les cellules souches», soulignait Axel Kahn dans Le Figaro le 16 décembre dernier.

Cette affaire soulève de nombreuses questions. «S'il y a eu tricherie, il ne faut pas qu'elle rejaillisse sur l'ensemble de la communauté scientifique, insiste Alain Claeys, député de la Vienne, qui rédige actuellement un rapport sur les cellules souches embryonnaires. Il faut réfléchir aux conditions de validation des articles scientifiques, s'interroger au plan éthique sur le recours à des ovocytes pour le clonage thérapeutique, se pencher sur les intérêts économiques de ces recherches.»

Les pays asiatiques, Chine et Corée en tête, se sont engouffrés dans la recherche sur le clonage thérapeutique, du fait du vide laissé par les pays occidentaux qui, pour des raisons éthiques, l'ont majoritairement interdit. «Quand on parle à certains collègues asiatiques de règles éthiques, ils ne comprennent même pas qu'il s'agisse d'un problème», nous raconte le professeur Michel Pucéat (Inserm, Montpellier).                       

                                                                     ***

   L'affaire Hwang met «Science» en difficulté

Ce pionnier du clonage d'embryons humains avait soit disant produit des cellules souches utiles à la recherche médicale.

Jean-Michel Bader

[17 décembre 2005]

COMME dans une cascade de dominos, l'«affaire» Hwang touche de plus en plus d'acteurs. Le chercheur coréen, pionnier du clonage humain et des cellules souches, qui avait avoué avoir menti sur le recrutement des ovocytes féminins utiles à ses travaux, et qui était accusé hier de fraude scientifique par deux de ses collaborateurs, a demandé la rétractation de son article phare à la revue Science.


Le gouvernement coréen s'en mêle : le premier ministre Lee Hae Chan a réclamé hier une enquête indépendante. La revue américaine Science, qui avait accepté et publié l'article en mai 2005, et qui il y a encore deux jours disait n'avoir pas reçu de demande de rétractation officielle – une procédure rarissime en science – subit désormais le feu nourri de la critique du monde savant. Un groupe de spécialistes du clonage et des cellules souches a réclamé dans une lettre à la revue qu'une enquête internationale soit diligentée.


On le comprend, les chercheurs sont en effet très mécontents qu'un article aussi suspect ait pu passer les fourches caudines de la relecture savante. Des photos dupliquées, un tableau faux et une demande de rétractation, tout cela porte atteinte à l'image de la revue américaine, émanation de l'Académie des sciences !

Contamination
Hwang Woo-Suk confirmait bel et bien de Séoul, hier, avoir «demandé le retrait de l'article à la revue Science après avoir obtenu l'aval des coauteurs». La revue américaine a fini hier matin par reconnaître «avoir reçu un coup de téléphone de lui et de Gerald Schatten, les deux auteurs principaux, demandant la rétractation». Les éditeurs de Science se disent prêts à honorer cette demande et à aider les auteurs à préparer cette rétractation. Néanmoins, le Pr Hwang continue à défendre l'intégrité de son travail : «Nous avons créé des cellules souches (NDLR : à partir de clones humains) spécifiques à chaque patient.» Selon lui, les erreurs sur le tableau et les photos ne doivent pas remettre en cause la réalité de sa production scientifique. Toujours selon le chercheur coréen, sur les onze lignées de cellules souches embryonnaires produites à partir de l'ADN des donneurs, six ont été détériorées à la suite d'une contamination. «Elles sont en cours de décongélation et seront disponibles pour des tests génétiques d'ici à dix jours pour prouver la véracité des travaux.»

                                                 *   *   *                                                                

4.Une enquête discrédite définitivement le docteur Hwang

[29 décembre 2005]

 

Les travaux du «pionnier» du clonage humain sur les cellules souches ont été falsifiés, confirme la Commission de l'Université de Séoul.

Les recherches du Sud-Coréen Hwang Woo-suk sur l'extraction de cellules souches à partir d'un embryon humain obtenu par clonage, présentées comme une «première mondiale», sont fausses, a annoncé jeudi une commission d'enquête officielle.

Falsification
«Nous avons découvert que Hwang et son équipe n'ont aucune donnée scientifique pour prouver qu'ils ont bien produit des lignées de cellules souches correspondant spécifiquement à l'ADN d'une personne», a indiqué la Commission de l'Université de Séoul chargée de conduire les investigations sur les recherches du biologiste. «Les test ADN ont démontré qu'il n'existait pas de cellules souches spéficiques à chaque patient», a indiqué le porte-parole de la Commission, Roh Jung-Hye.

Le 23 décembre, cette commission indépendante composée de neuf membres avait déjà conclu à la falsification à propos d'un article sur le sujet publié dans le journal américain Science en mai 2005. «L'article de 2005 signé par le professeur Hwang ne comprenait pas seulement de simples erreurs mais a été sciemment falsifié», concluait la commission. Selon les enquêteurs, le Dr Hwang a manipulé des photographies et des données de deux lignées de cellules afin de faire croire que son équipe avait extrait onze lignées, comme affirmé dans l'article.

Excuses et démission


Le professeur Hwang, jadis adulé en héros par tout un pays, est depuis des mois sous le feu des accusations de supercherie. Il a depuis présenté ses excuses et démissionné de toutes ses fonctions officielles.


Le biologiste a déclenché un premier scandale en avouant, fin novembre, avoir menti à la presse pour dissimuler des infractions à l'éthique, notamment le don d'ovules par deux collaboratrices et la remise d'argent à d'autres donneuses, une pratique illégale en Corée du Sud.

                                                    *   *   *

7.Hwang Woo-suk avait truqué ses travaux sur le clonage humain

LE MONDE | 29.12.05 | 13h47  •  Mis à jour le 29.12.05 | 13h47

AAucun doute ne semble désormais permis : le professeur Hwang Woo-suk et son équipe de l'université nationale de Corée du Sud sont bel et bien responsables d'une fraude spectaculaire. Leur publication du 19 mai 2005 dans la revue Science concernant l'obtention de cellules souches embryonnaires humaines était véritablement un faux.

De nouvelles enquêtes vont être menées sur l'ensemble des travaux publiés par celui qui, hier encore, était présenté comme le "pape" du clonage en même temps qu'un futur Prix Nobel de médecine et de physiologie.

Telles sont les principales conclusions, rendues publiques jeudi 29 décembre à Séoul, par la commission d'enquête nommée par l'université nationale de Corée du Sud après les premières accusations formulées à l'encontre du célèbre chercheur. "Nous avons découvert que Hwang et son équipe n'ont aucune donnée scientifique pour prouver qu'ils ont bien produit des lignées de cellules souches correspondant spécifiquement à l'ADN d'une personne", ont annoncé les enquêteurs moins d'une semaine après avoir révélé que la publication de Science était, pour partie, sciemment falsifiée (Le Monde du 26 décembre).

Les neuf enquêteurs avaient alors établi que le professeur Hwang avait manipulé certains clichés photographiques et truqué des résultats chiffrés dans le but de faire croire à la communauté scientifique qu'il avait bien obtenu onze lignées de cellules souches embryonnaires humaines à partir d'embryons créés par clonage. Le chercheur avait déjà reconnu quelques jours auparavant ne pas avoir informé la revue scientifique américaine du fait qu'il avait perdu, par contamination, six des onze lignées cellulaires. Il avait d'autre part avoué avoir commis des fautes de nature éthique concernant l'obtention de certains ovocytes, cellules sexuelles féminines indispensables à la création d'embryons humains. Un doute demeurait toutefois, le chercheur sud-coréen ayant pu simplement avoir "enjolivé" ses résultats.

C'était compter sans la puissance de la traçabilité génétique. Les enquêteurs ont tout d'abord établi qu'il n'y avait que deux et non pas cinq lignées cellulaires conservées par congélation. "Les conclusions de trois laboratoires montrent que les lignées de cellules nos 2 et 3 qui avaient besoin d'une confirmation par rapport à l'article de mai 2005 ne correspondent pas à des cellules de patients mais sont des cellules d'ovules fécondés provenant de l'hôpital MizMedi, a précisé Roh Jung-hye, la porte-parole de la commission d'enquête. Les tests ADN ont démontré qu'il n'existait pas de cellules souches spécifiques à chaque personne."

Ces conclusions accablantes conduisent à s'interroger sur la valeur qu'il convient d'accorder à l'ensemble des travaux du chercheur sud-coréen. Ce dernier est l'auteur d'un travail retentissant publié en 2004 sur le clonage humain et d'une série de publications concernant la création de mammifères par clonage. En août 2005, il avait annoncé le premier chien cloné, un lévrier afghan baptisé "Snuppy" (pour Séoul National University Puppy). "Il nous faut conduire une enquête approfondie pour déterminer si Snuppy a bien été cloné", a souligné la porte-parole de la commission. Cette affaire sans précédent dans l'histoire de la biologie devrait avoir de multiples répercussions. Elle remet en cause le système en vigueur des publications par les revues scientifiques internationales et jette indirectement un grave discrédit sur l'ensemble des publications relatives à la technique du clonage. Hwang Woo-suk, qui n'est plus professeur, pourrait faire l'objet d'une enquête criminelle pour détournement de fonds publics.

"Il semble qu'il s'agisse d'une pure invention depuis le début, estime pour sa part Laurie Zoloth, professeur de bioéthique à la Northwestern University (Chicago). C'est un jour triste pour la science."

Jean-Yves Nau

 

                                                                      *  * ** *

 

·        TAMIFLU REZULTATE DECISIVE LEZIONALE SI SIMPTOMATOLOGICE

 

 

LA DERNIERE CADENCE DANS LE BALET DE GRIPPE AVIARE QUI DEVIENT AVEUGLE… ET EN AUTRE COSTUME.

 

La derničre valence de présentation de la Grippe aviaire devient  décourageante, parce que se produire quelque mutation qui change le rôle de la symptomatologie dans sa présentation ! en 2-3 septemain  de derničre temps, les cas  déclare de grippe aviaire se pressente en domene de lésion trope diminuée sur un escale de la 1 au 10  a l’algorithme se située au cote de 6 vers  7 , mais tous les punctages des organes qui sont  coulpabilisee par des lésions sont présente (mais les lésions sont diminue, et cette phénomčne sont pressente et aux les cas de decedes ( l’article est ecrite en avance de la deuxičme cas de deces en Turquie !.mais la pauvreté de cette pays faite l’annulation d’autre conclus !),..

 

Personnel je croix que deux sont les motifs :

 

1. /l’action organisée au tratament des cas qui sont diagnostique en premičre ligne et avec de rapidité, et la décision de se tratte aux tous avec l’anvergure des tous les batterie de médicaments jusque a Tamiflu etc. (a). …et la soutien des organismes avec des monitorisation de l’appareille de surveillance des funnctione vitale (b) trčs rapidement et immédiate, sur un diagnose précise!

 

2. / la cumulation des actionnes organisatrice sur  la prévention de la epidemie de la grippe aviaire, les recule de la diagnostic  rapide et decise (a), et en premičre ligne la vaccination de la volailles et de la population (b) !

 

3. / les effets des ces actionne cumulée sur le vectoriels des volailles sauvage et des volailles domestique ! et des autre animale qui se baigne dans cette médium d’aérosol commune enrichirent des virus ou (des pryonique graine !) et non au derničre range les nouvel  conditionne climatérique,ou la pluie et la neige étouffe la diffusion des vectoriels et des animale malade,… une couche se assiége sur le champs des bataille !

 

4. / les autres factores inconnu qui produisent une  stoppage de penetrationne des vectoriels qui donne une  passager diminution (et je considčre une temporaire présence) des mobilisation des vectoriels…

 

5. / les effets massive des vaccinations sur les animaux, qui permet une eliminationne des vectoriels de grippe aviaire qui souffre une possible transformation en une endurcie des  aquitee des malaise  des cette vectors (possible se forme une autre ligne accommodante de virus H5N1 demi-pathogene,… le marquage de virus H5 N1 2006 !

 

Ce possible transformationnel se traduise en l’apparition des cas avec des symptomatologies générales męmes frustes avec son attaque violente sur l’organisme  humaine.

La diagnose précise positive et immédiate ,(avec des intuition !),ou se faite immédiate préventive ou d’aprčs premičres semnales humaines, dans les fores ou existe de volailles malade dépistée précise ou supconne,les trataments avec des TAMIFLU donne avec surette une esperance avance de la vie , des lésions endurcies, annulaient les effets maximale des lésions au points spéciale de faible résistance…( a continue vers Benning1 le  recente articole aux DESSOUS AU   beginning 1)

 

 

                                                                              *  * *

Le laboratoire Roche estime que son antiviral est hors de cause dans la mort de 12 enfants au Japon. !?... le monde.

L'efficacité de l'antiviral Tamiflu est à nouveau remise en question

LE MONDE | 26.12.05 | 14h24

 

 Que sait-on aujourd'hui de l'efficacité de l'oseltamivir, cette molécule antivirale de la famille des "inhibiteurs de la neuraminidase", mieux connue sous le nom de Tamiflu ? Ce médicament produit par la multinationale pharmaceutique suisse Roche est, depuis plusieurs mois, officiellement recommandé à l'échelle planétaire par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) dans le cadre de la lutte contre une prochaine pandémie grippale. Or une étude publiée dans le numéro du New England Journal of Medicine, daté du 22 décembre, remet en cause l'argumentaire de l'OMS incitant un nombre croissant de pays industriels — au premier rang desquels la France — à constituer de volumineux stocks de Tamiflu.

Dirigés par le docteur Menno D. de Jong (hôpital pour les maladies tropicales, Ho Chi Minh-Ville, Vietnam, et université d'Oxford), les auteurs de la publication rapportent deux cas de  résistance au Tamiflu dans la forme humaine de la grippe aviaire due au virus H5N1 responsable de l'actuelle épizootie. Ils expliquent notamment dans quelles circonstances ils ont constaté l'émergence de souches virales résistantes chez des Vietnamiens infectés par le sous-type H5N1.

Les analyses semblent démontrer que le virus développe une résistance contre le Tamiflu même lorsque l'antiviral est administré à un stade précoce de l'infection, conformément aux recommandations du fabriquant et des autorités sanitaires. Une première alerte avait été lancée, il y a quelques semaines, dans la revue Nature, par une équipe vietnamo-japonaise qui avait isolé, chez une fillette vietnamienne, un virus grippal du sous-type H5N1 curieusement résistant au Tamiflu (Le Monde du 17 octobre).

Un nombre croissant de spécialistes de virologie font aujourd'hui valoir qu'il est déraisonnable de codifier la lutte médicamenteuse sur des bases pharmacologiques apparaissant de moins en moins solides. Poutant, le fait que le virus H5N1 résiste au seul médicament qu'elle recommande ne semble pas inquiéter l'OMS dont les responsables persistent à dire que le Tamiflu demeure un "excellent choix".

Le jour même de la publication du New England Journal of Medicine, les responsables de la multinationale pharmaceutique Roche ont, pour la première fois, annoncé qu'ils envisageaient, face à de possibles résistances, des posologies plus fortes, voire même une association de plusieurs médicaments antiviraux. Roche devrait alors s'allier avec la multinationale britannique GlaxoSmithKline productrice du Relenza, l'autre antiviral potentiellement efficace contre le virus H5N1

                                                           * **  *

OBŞTILE GOTICE,OBIEIUL DE A SE ÎMPĂMÂNTENI PENTRU A SUBSITA ÎN PĂMÂNTURI STRĂINE,.. exemplificări..  Les communions gothiques pour a subsistée local a Dacie

 

 

L’HISTOIRE DES GOTHS  ET LEURS NIDE EN SCANDINAVIA AU L’ÎLE SCANDZA ET  DANS LE TERITOIRE NORD-BALTHIQUE, LES DISPUTES POUR L’ORIGINE NOBILIAIRE  GOTHS, DES L’ARCHEVÊQUES SUEDOISE ET ESPAGNIOLE DANS LEURS CONCLAVE  AU CONSEIL DE BALE, 1434.  , LES HUIT DINASTIE EUROPEENE EN PRESENTE SONT PLUSIEURS D’ORIGINE SAXA COBURG DE GOTHA : DYNASTIE:BELGIEN, BULGARIEN, DANOISE, FRANCAISE,AUTRICHIEN, Deutschland, ROUMAINE, PORTUGUESE, ANGLETERRE,  RUSSE : ROMANOFF).

 

 LES Goths(de Wikipe, l'encyclopédie libre)

 

Les Goths étaient une tribu germanique/suedoise/, est qui selon leurs propres traditions a provenu de la Scandinavie (spécifique ment Gotland et Götaland). Ils ont émigré des southwards et ont conquis des parties de l'empire romain. Deux tribus étroitement liées,le Gutar et le Götar,qui est resté en Scandinavie et s'appelle souvent Goths1, sont séparément traités, comme Gotlanders et Geats respectivement.

 

 Le contenu [ peau ] 1 linguistique d'Archaeology 2,2 des origines 2,1 de l'histoire 2 3 références symboliques de la signification 4 5 liens externes 6 notes 7 voit qu'également [ éditez ] l'histoire notre seulement source pour l'histoire gothique tôt est Getica de Jordanes, (édité 551), ..une condensation de l'histoire perdue de douze-volume du Goths écrit en Italie par Cassiodorus.

 

 Jordanes a pu même ne pas avoir eu le travail actuel pour consulter de, et cette première information devrait être traitée avec prudence.  Cassiodorus a été bien placé pour écrire de Goths, parce que il était un ministre essentiel deTheodoric le grand,qui apparemment avait entendu certaines des chansons gothiques pour lesquelles a raconté leurs origines traditionnelles, rapporté alternativement par Jordanes avec la remarque "ainsi on dit généralement l'histoire dans leurs chansons tôt, de mode presque historique." 

 

Les bardes gothiques se sont accompagnés sur a stringed l'instrument que les auteurs latins ont associé au cithara, qui était plus familier à eux.  Ils ont été arrangés pendant un certain temps dans le bassin de Vistula (appelé Gothiscandza par Jordanes), d'où ils ont émigré vers le sud-est.  Ils ont lutté avec, et temporairement subjugué, les ancêtres des Slaves (les Aeties)(il y avait beaucoup de loanwords gothiques dans proto-Slavic), qui ont vécu entre la mer baltique et la Mer Noire et ont finalement arrangé dans 'Scythia 'une vaste région non définie qui inclut l'Ukraine moderne et le Belarus (appelé Oium par Jordanes). 

 

Une tribu unie jusqu'au troisième siècle, elle avait lieu pendant cette période qu'ils ont coupée en Goths oriental ou Ostrogoths et Goths ou Visigoths occidental.  Cependant plusieurs des nomades de combat qui les ont suivis devaient prouver plus sanglant, le Goths ont été craints parce que les captifs qu'ils ont pris dans la bataille ont été sacrifiés à leur dieu de guerre, de Tyz [ Tyr un-Remis par 1](the), et des bras capturés accrochés dans les arbres en tant que marque-offre. 

Leurs rois et prêtres sont venus d'un aristocracy séparé, selon Cassiodorus Cassiodorus /Jordanes, et leurs rois mythiques des périodes antiques ont été honorés comme dieux.  

 

Leur législateur mythique, appelé Deceneus, traditionnellement daté au sujet du 1er siècle AVANT JÉSUS CHRIST, passé commande leurs lois, qu'elles ont possédées par le 6ème siècle sous la forme écrite et ont appelées des belagines( les loins Belagines !).

 

 Une force de Goths a lancé un des premières invasions "barbares" principales de l'empire romain dans 267 (Hermannus Contractus, citant Eusebius, a "263: 

Depopulantur de provinciae de Macedonia, de Graecia, de Pontus, de l'Asie et d'aliae par Gothos").  Un an après, ils ont souffert une défaite dévastatrice à la bataille de Naissus et ont été conduits en arrière à travers le fleuve de Danube par 271.

 

 

 Ce groupe a alors soldé le compte de l'autre côté du Danube du territoire romain et a établi un royaume indépendant porté sur la province romaine abandonnée de Dacia, comme Visigoths. ( a continue vers Benning1 le  recente articole aux  les peuples sueve  des Goths de  l’ile Scandtza!)

 

 

                                                         *  **  *

 

 

A COMENTAIRES SUR DES LOMBARDE LES DERNIERE BARBARES AU MONDE ROMAINE :

 

Motto :Comentarii asupra Longobarzilor ca societate auto constuituita, care şi au păstrat tradiţiile etnice,de legislatie administrativă,şi de putere militară şi socială sau /şi religioasă : un model despre rezistenţa popoarelor gotice alemande,”bavareze”,sau modalitatea în care etnicii au rezistat în faţa tuturor forţe imperiale romane bizantine,imperiale France sau imperiale germano-France  ale imperiului Germano-romanic (Carol cel Mare). modalităţii de permanentizare ale unor aparte distribuiri ale etniei longobarde în contactul cu severii săi imperiali vecini, slăbirea acestor forţe în contactul cu formele  de administraţie de rezistenţă etnice ”barbare” întârziate (tardive).

 

Modelul longobard-gothic de asumarea a colaborării cu autohtonii săi iluştrii poporul latin -italo -roman,.. bascularea dintre depopulare şi repopulare,..amestecul de etnii pe criterii de fertilitate,..economice şi militare !... dincolo de numeroasele inşiruiri organizatorice administrative , …schimbătoare şi vremelnice !

 

După modelul longobard ne putem închipui mai bine realţiile geto-dacice-gothice  şi alţi autohtoni veniţi in Caucaland si Dacia, străini rămaşi amestecaţi cu autohtonii,rolul interelaţiilor de Obşte care îşi păstrează tradiţia si alternează la factorii administrativi organizaţi ca ”Statalitate” în binele comun al tuturor sub conducerea aspiraţiilor prin religia comună,sau respectată în comun !

 

                                                               *   *   *

 

Les Lombards, derniers barbares du monde romain

Jean-Pierre Martin

Directeur de recherche au CNRS

 

Les Lombards sont un peuple germanique un peu à part, dans l'Occident du haut Moyen Âge. Derniers « Barbares » entrés dans le monde romain, ils ont cherché – et réussi – à préserver leur identité, d'une part en mettant par écrit leurs lois nationales au milieu du VIIe siècle, d'autre part en écrivant leur histoire : histoire mythique de leurs origines, au VIIe siècle, alors qu'ils n'ont pas encore complètement abandonné le paganisme ; histoire savante de leur royaume, désormais chrétien, à la fin du VIIIe siècle (Paul Diacre) ; histoire de leur survie dans le Midi après la conquête carolingienne, aux IXe et Xe siècles (Erchempert, Chronique de Salerne). L'archéologie témoigne de plus de leurs déplacements et de leurs contacts aux époques anciennes, tant avec les Romains qu'avec les peuples des steppes… Pour mieux les connaître, nous nous sommes adressés à Jean-Marie Martin.

Histoire des Lombards

Selon le plus ancien de leurs textes historiques, le petit peuple des Winniles vivait en Scandinavie, gouverné par deux frères, Ybor et Agio, et leur mère Gambara. Menacés par les Vandales, ils décidèrent de résister ; leurs adversaires ayant demandé la victoire au dieu Wotan, ils s'adressèrent à l'épouse de celui-ci, Freia, qui conseilla aux femmes de se couper les cheveux pour s'en faire des barbes postiches. Lorsqu'il les vit, Wotan leur donna le nom de Longobardi – « longues barbes » – et, à la demande de Freia, leur accorda la victoire.

En italien, on appelle encore Longobardi les membres de ce peuple, réservant celui de Lombardi aux actuels habitants de la région centrée sur Milan ; on ne fait pas cette différence en français.

Les Lombards quittèrent la Scandinavie pour la région de l'Elbe inférieur, puis migrèrent au nord du Danube au Ve siècle ; dans la première moitié du VIe siècle, ils s'installèrent en Pannonie où ils défirent les Gépides (des Goths) : selon la tradition, le roi des Lombards Alboin but dans le crâne du roi des Gépides transformé en coupe, et épousa sa fille Rosamonde. C'est en Pannonie qu'ils prirent vraiment contact avec la civilisation romaine et le christianisme :

ils y conclurent une alliance avec Justinien, qui les aida contre les Gépides et à qui ils fournirent des contingents pour la reconquête de l'Italie sur les Ostrogoths (« guerre gothique », 535-555). Selon l'historien byzantin Procope, les Lombards se seraient si mal comportés que Narsès, le général en chef de l'armée byzantine, les aurait renvoyés ; selon Paul Diacre, c'est au contraire Narsès qui les aurait poussés à envahir l'Italie pour le venger de sa disgrâce.

En fait, il est probable que les duchés de Spolète et de Bénévent, en Italie centro-méridionale, ont été fondés par des troupes lombardes de l'armée byzantine. En Pannonie, les Lombards entrèrent aussi en contact avec des peuples asiatiques : c'est la poussée du peuple mongol des Avars qui leur fit quitter le pays.

Les Lombards étaient encore en grande majorité païens, certains étant devenus ariens ; ils avaient emprunté des traits de civilisation – notamment des pratiques guerrières – à la fois aux Byzantins et aux Avars. La migration vers l'Italie de leur peuple, dirigé par le roi Alboin, fut conçue comme une opération de conquête : il y entra par le Frioul le 20 ou le 21 mai 569 ; au début de 570, toute la région comprise entre les Alpes et le Pô était conquise. ( a continue vers Benning1 le  recente articole aux Longobards !)

                                                      * * *

 

 

Grippe aviaire : quels risques pour l'homme ?

LEMONDE.FR | 17.10.05 | 11h16  •  Mis à jour le 24.10.05 | 14h35

L'intégralité du débat avec Jean-Yves Nau, journaliste au "Monde", mercredi 19 octobre 2005M

Mistral : Quelles garanties avons-nous pour dire que la situation n'est pas alarmante concernant la grippe aviaire ?

Jean-Yves Nau : Je pense qu'on peut dire, précisément, que la situation est alarmante. Pour autant, il n'est pas nécessaire de sombrer dans le catastrophisme. Pour résumer la situation, tous les indicateurs sont aujourd'hui au rouge et nous laissent penser qu'il existe un risque non négligeable de passage à l'espèce humaine d'un virus mutant issu de celui de la grippe aviaire.

Murisandeme : Quels sont les facteurs ou le processus pouvant influer sur la mutation du virus de la grippe aviaire en virus transmissible d'homme à homme ?

Jean-Yves Nau : Depuis une cinquantaine d'années, la virologie a appris à découvrir le génie infectieux des virus responsables de la grippe, dans l'espèce humaine ainsi que dans de nombreuses espèces animales. On sait tout, aujourd'hui, des capacités de mutation de ce virus.

Si l'on voulait prendre une métaphore, on pourrait prendre celle de la roulette ou des jeux de hasard : il y a toujours un moment où le 9, le rouge ou le noir, sort. Toujours. Et c'est à ce moment-là que le virus qui infecte aujourd'hui les oiseaux pourrait trouver les moyens de franchir la barrière d'espèce pour passer à l'homme. Plus le virus aviaire augmente sa zone de diffusion géographique, plus le risque de sortie du "mauvais numéro" augmente.

Jeanlouis : Quelle est la meilleure estimation de la virulence du virus ? Mortalité, durée, vitesse de propagation ?

Jean-Yves Nau : Les instruments dont on dispose sont assez indirects. On sait que le virus est hautement pathogène pour diverses espèces d'oiseaux domestiques ou sauvages. En clair, il tue une proportion très importante des élevages où il a pu s'introduire. Pour autant, il ne tue pas la totalité des oiseaux.

La seule manière que l'on a d'en apprécier le degré de virulence réside dans l'identification des foyers épizootiques, puis dans l'analyse virologique permettant de conclure s'il s'agit bien du virus H5N1.

Pour ce qui est de l'espèce humaine, nous serons également dans le même type d'observation indirecte, c'est-à-dire comme dans le cas des trois pandémies du XXe siècle, à savoir : l'observation de l'émergence de cas de grippes hautement pathogènes et mortels dans une proportion élevée de cas.

"DES PROJECTIONS LOIN D'ÊTRE RASSURANTES"

Jeanlouis : Quels sont les conseils pratiques pour minimiser les risques quotidiens pour une famille avec des enfants (vaccin, stock Tamiflu, relenza, masque, antiseptique...) ?

Farisol : Avec toutes ces infos alarmantes, quelle est la bonne attitude à adopter au niveau individuel ?

Guillaume : Les stocks de médicaments antiviraux sont vraisemblablement insuffisants... Quelle protection peut-on prendre individuellement ?

Jean-Yves Nau : Comment se protéger au mieux ? Il n 'existe pas aujourd'hui de vaccin humain efficace contre l'infection par le virus aviaire. A fortiori, il n'existe pas de vaccin contre le virus mutant qui pourrait être à l'origine de la prochaine pandémie. Mais il existe des arguments plaidant en faveur de la vaccination "saisonnière" contre la grippe telle qu'elle est proposée chaque année par la Sécurité sociale. Même si le vaccin saisonnier ne protège pas contre un nouveau virus grippal, une vaccination étendue de la population permettrait de réduire le risque d'une mise en contact entre les virus "classiques" et le virus aviaire, un contact qui pourrait faciliter la mutation de ce dernier.

Les médicaments : nous sommes aujourd'hui dans une situation hautement paradoxale, puisque l'OMS et la Commission européenne incitent tous les Etats et tous les gouvernements à constituer des stocks massifs d'un médicament antiviral, le Tamiflu. Or, on ne dispose d'aucune véritable preuve scientifique que ce médicament est efficace contre l'infection humaine par le virus H5N1. A fortiori, comme dans le cas du vaccin, on ne dispose d'aucune preuve de son éventuelle efficacité contre un virus dont la structure est encore inconnue.


On dépense des sommes considérables actuellement pour tenter d'atteindre les objectifs de l'OMS, qui voudrait que chaque pays au monde dispose de stocks de Tamiflu susceptibles de protéger, le moment venu, 25 % de la population de chacun des pays. Les capacités actuelles de production de cette molécule par la multinationale pharmaceutique Roche, qui en possède le brevet, sont loin de répondre à la demande.

Pour certains responsables sanitaires internationaux – les vétérinaires de la FAO ou ceux de l'Office international des épizooties –, il serait beaucoup plus judicieux et rationnel de consacrer un faible pourcentage de ces sommes dans le développement d'une vaccination systématique des volailles d'élevage dans les pays où sévit actuellement l'épizootie.

Ok : Cela peut-il changer le cours des choses ?

Jean-Yves Nau : L'émergence d'une pandémie grippale est sans aucun doute inéluctable. Mais cette perspective ne peut pas être datée. Cette pandémie surviendra dans dix, cinquante ou cent ans. En revanche, il est parfaitement établi qu'avec la vaccination systématique des volailles dans les pays où sévit l'épizootie, on pourrait éradiquer le virus H5N1.

Murisandeme : Comment ce pourcentage de 25 % a-t-il été décidé ? Qu'appelle-t-on population à risques, notamment en Europe ?

Jean-Yves Nau : Le pourcentage de 25 % a été établi sur la base de modèles statistiques issus de ce qui s'est passé durant les dernières pandémies de grippe de la deuxième partie du XXe siècle. Pour le dire simplement, un certain seuil de vaccination de la population permet de réduire efficacement la diffusion du virus dans l'espèce humaine.

Les populations à risques, ce sont pour l'essentiel les personnes âgées souffrant de différentes pathologies, ainsi que tous ceux qui sont concernés par des affections dites "de longue durée" et chez lesquels la vaccination est aujourd'hui gratuite en France. Mais on parle aussi de populations qui devraient être prioritairement protégées en cas de pandémie, c'est-à-dire l'ensemble des personnes exerçant des professions essentielles au maintien de la vie en collectivité. Il s'agit par exemple de toutes les personnes travaillant dans les transports, dans le monde de la santé, chez les forces de l'ordre et les forces armées. La liste est longue et n'est pas véritablement établie par les responsables sanitaires et politiques.

Gauillaume : Pour les adultes "normaux", il y a peu de risque alors ?

Jean-Yves Nau : Pour les adultes "normaux", a priori, avec les virus grippaux tels que nous les connaissons, il y a peu de risques. Mais dès lors que nous avons affaire à un virus de la grippe mutant et hautement pathogène, la situation est tout autre. La grippe espagnole de 1918 a ainsi montré que les adultes jeunes, "normaux", étaient particulièrement exposés au risque d'infection mortelle.

Il n'en reste pas moins qu'il faut bien définir un plan de prévention tenant compte du fait que l'on ne pourra jamais, en situation de pandémie, protéger en temps et en heure l'ensemble de la population. En toutes hypothèses, cette pandémie provoquerait une catastrophe sanitaire. Les projections faites sur ce point par l'Institut national de veille sanitaire (et disponibles sur le site de cette agence) sont loin d'être rassurantes.

Sauron : Est-ce que vous pensez que le vaccin sera efficace lorsque le virus sera transmissible à l'homme (car selon l'OMS, ce n'est qu'une question de temps avant que le virus mute) ?

Jean-Yves Nau : Oui, il est clair que le virus de la grippe mutera un jour et qu'il sera responsable d'une pandémie. Il est tout aussi certain que l'on saura fabriquer un vaccin efficace et sans danger qui permettra de rompre la chaîne de transmission du virus et de contamination entre humains. Et il est tout aussi évident qu'entre le moment où le virus mutant aura émergé et le moment où l'industrie pharmaceutique sera susceptible de commercialiser un tel vaccin, il existe une période incompressible que les experts situent au minimum à six mois. C'est la raison qui conduit les autorités sanitaires à recommander le stockage de médicaments antiviraux qui pourraient être utilisés en première ligne durant cette période.

Gérard : Que pensez-vous de l'article du New England Journal of Medecine datant déjà de plusieurs mois évoquant la transmission du virus d'homme à homme et la mort de deux personnes au Vietnam ? (cf : http://content.nejm.org/cgi/content/short/352/4/333)

Jean-Yves Nau : Jusqu'à présent, toutes les observations qui ont été faites dans les pays les plus exposés – là où sévit l'épizootie, soit une douzaine de pays asiatiques –, n'ont jamais véritablement permis de démontrer de manière scientifique qu'il y avait une possibilité de passage d'homme à homme du virus H5N1. Il faut aussi ajouter que dans ces pays, des dizaines voire des centaines de millions de personnes ont été, un jour ou l'autre, en contact plus ou moins proche avec des volailles infectées. Or, on ne recense à ce jour qu'environ 120 cas d'infection humaine, qui ont malheureusement provoqué une soixantaine de morts. Si le virus H5N1 était transmissible d'homme à homme, la situation épidémiologique serait beaucoup plus dramatique.

JFR: Les oiseaux migrateurs sont responsables de la propagation du virus de la grippe aviaire. Mais en principe, à cette période de l'année, les espèces concernées se déplacent vers le Sud. Cela ne fait-il pas, dès lors, diminuer le risque pour l'Europe ?

Jean-Yves Nau : C'est une très mauvaise analyse. Il faut savoir que l'hypothèse selon laquelle des oiseaux migrateurs sont responsables de la diffusion géographique du virus aujourd'hui présent en Asie a été longtemps contestée, notamment par les ornithologues et par la Commission européenne. Cette hypothèse a pour l'essentiel été défendue par la FAO et par l'Office international des épizooties. Mais les dernières informations provenant de Sibérie puis, plus récemment encore, de Turquie et de Roumanie, ne laissent plus guère de doute quant au rôle joué par les oiseaux migrateurs.

Imaginer que, parce qu'ils volent vers le Sud, les oiseaux pourraient ne pas infecter les volailles des élevages européens ne tient pas compte du fait que ces oiseaux qui partent vers l'Afrique (où ils rencontreront d'autres oiseaux venus d'autres régions) remonteront au printemps vers le Nord, via l'Europe. C'est dire l'importance qu'il faut accorder à la surveillance de ces oiseaux et à la protection des élevages et ce, dans l'ensemble des continents africain, européen et asiatique.

LA CONSOMMATION DE VIANDE DE VOLAILLE CUITE SANS DANGER

Guillaume: Y a-t-il des risque avec les animaux morts ? (Je travaille régulièrement dans un centre de vente de volailles.)

Jean-Yves Nau : Des oiseaux retrouvés morts sans cause apparente, dans des circonstances a priori anormales, doivent être tenus pour suspects. Pour autant, tout laisse penser que ce n'est pas un simple contact cutané avec ces oiseaux qui peut être susceptible d'une contamination. Les enseignements de la situation asiatique montrent que la quasi-totalité des 120 personnes infectées par le virus H5N1 étaient des personnes qui avaient acheté des oiseaux vivants avant de les tuer, de les plumer et de les vider pour les consommer. Les experts estiment que c'est à cette occasion qu'ils ont été en contact avec de très grosses concentrations virales, contact qui a été à l'origine de l'infection.

Pour ce qui est du risque lié à la consommation d'une viande provenant d'une volaille infectée par le H5N1, la virologie a parfaitement démontré, et depuis très longtemps, que le virus grippal ne pouvait résister à des températures de l'ordre de 60 ou 70°. La consommation de viande de volaille cuite est donc a priori sans aucun danger. Il faut quand même savoir raison garder. Nous ne sommes absolument pas ici dans une histoire similaire à celle, récente, de la vache folle, où la consommation de viande bovine ou d'abats bovins provenant d'animaux contaminés par une forme anormale de prion pouvait être responsable d'une maladie neurodégénérative.

Pleiades : Et en l'état actuel des moyens médicaux, peut-on imaginer que la pandémie puisse provoquer autant de morts que la grippe espagnole (40 millions) ?

Jean-Yves Nau : Le jour où une pandémie surviendra dans l'espèce humaine, il est clair qu'elle sera responsable d'un grand nombre de morts. Pour ce qui est de la grippe espagnole, on estime qu'elle a été à l'origine de 30 à 50 millions de décès. Et la population mondiale était notablement inférieure à celle d'aujourd'hui. D'autre part, les grandes concentrations humaines des mégapoles d'aujourd'hui constitueraient un facteur nettement aggravant de contagion. De même que la multiplication des transports aériens ou terrestres. A l'inverse, on peut penser que la mortalité de la grippe espagnole a également été liée aux complications infectieuses de l'infection virale. Or, on sait aujourd'hui traiter par des médicaments antibiotiques la plupart de ces complications infectieuses d'origine bactérienne. Dans ce contexte, personne n'est capable de prédire ce que serait la mortalité d'une pandémie due à un nouveau virus grippal mutant.

Agnes : Pour en revenir à la protection... les mesures de sécurité les plus "applicables", lorsque le virus aura muté, ne seront-elles pas de rester chez soi ?

MARC: Donc les transports en commun, c'est un grand facteur de risque ?

Jean-Yves Nau : Si l'on cherche à bâtir les scénarios possibles en cas de pandémie, on aboutit très vite, effectivement, à la démonstration qu'aucune vie collective n'est plus possible. Imaginez un seul instant ce que pourraient être les conséquences d'une grève des transports en commun totale et étendue à l'ensemble du continent, une grève qui durerait plusieurs jours, voire plusieurs semaines. Ce scénario est incompatible avec la vie en collectivité. Sans parler d'une grève qui s'étendrait à l'ensemble de la production d'énergie, à l'ensemble des activités industrielles, à l'ensemble des services sanitaires. C'est pourquoi les responsables politiques ont d'ores et déjà défini les secteurs d'activité qui devraient être prioritairement maintenus. La menace d'une pandémie grippale est de ce point de vue assez similaire à la menace terroriste ou à tout ce qui a trait à la défense nationale et à la sécurité civile.

Guillaume : Quels sont ces secteurs ?

Jean-Yves Nau : Ce sont des questions très difficiles qui imposent effectivement aux responsables gouvernementaux de faire des choix politiques d'une très grande importance. De fait, des "sacrifices" devront être faits, l'essentiel étant de maintenir un minimum de vie collective et de sécurité civile. On peut imaginer, par exemple, que la protection disponible "bénéficie" en priorité aux médecins et aux infirmières, puisque c'est eux qui devront prendre en charge d'emblée les personnes infectées, et donc contagieuses. La même question se pose pour les membres des forces militaires, des forces de l'ordre et tous ceux, d'une manière générale, qui assurent les fonctions essentielles de la vie en collectivité.

Agnès : Le port du masque sera-t-il une bonne mesure de protection ? Comment seront-ils distribués ? Par qui ? Et à quel moment ?

MARC : Le masque est-il efficace ?

Jean-Yves Nau : Lorsqu'on parle ici de masque, on parle de masque en textile, placé sur le visage et accroché par des élastiques aux deux oreilles. Ces masques sont hautement protecteurs à la fois contre la diffusion du virus par une personne qui serait infectée ou contre le risque de contamination par celui qui le porte. La France a décidé de se doter d'un stock national de ce type de masque à hauteur de 200 millions d'unités d'ici au début de 2006. Actuellement, 50 millions de ces masques sont distribués dans les établissements hospitaliers. Ils sont destinés au personnel médical et au personnel soignant. Ils sont efficaces pendant une période limitée à quatre heures. Le gouvernement français a d'autre part affirmé qu'il prenait toutes les mesures pour que la France puisse disposer d'une capacité nationale de production en continu de ce type de protection. Les masques seront distribués par les responsables hospitaliers au personnel dès lors qu'il aura été établi que la pandémie a commencé à sévir sur le territoire et que des malades commenceront à être hospitalisés. Là encore, il ne s'agit pas d'un privilège réservé aux médecins ou aux infirmières, mais bien de permettre à ces derniers de continuer à avoir une activité professionnelle tout en ne devenant pas à leur tour des vecteurs de contamination des personnes qui les entourent.

Angele : En tant que médecin, je connais deux amis confrères qui ont déjà commencé à stocker ces masques. N'est-ce pas céder à un début de panique ?

Jean-Yves Nau : On ne peut pas faire l'économie d'un début de panique dans différents domaines. Deux exemples : il existe actuellement des masques chirurgicaux parfaitement efficaces qui sont commercialisés et qui existent dans différents établissements hospitaliers, publics ou privés. Rien n'interdit d'en acquérir des stocks plus ou moins importants dans l'optique de la prochaine pandémie.

Pour ce qui est du Tamiflu, le médicament antiviral supposé être efficace et dont la France a d'ores et déjà constitué 17 millions de traitements, il faut savoir que cette molécule est aujourd'hui commercialisée dans les pharmacies et qu'elle peut être obtenue sur prescription médicale et qu'elle est remboursée par la Sécurité sociale. Certains médecins ont donc jugé qu'ils pouvaient prescrire ce médicament à des fins préventives à ceux de leurs patients qui en exprimeraient la demande. Or, l'indication officielle d'autorisation de mise sur le marché prévoit que le Tamiflu ne peut être prescrit pour lutter contre la grippe saisonnière que lors des périodes d'épidémie, ce qui n'est pas le cas actuellement. Les responsables sanitaires français sont pleinement au courant de cette liberté prise avec le cadre officiel de prescription. On n'imagine pourtant que très difficilement qu'ils puissent prendre des sanctions vis-à-vis de ces médecins prescripteurs. On ne dispose pas de chiffres précis quant au nombre de ces prescriptions "hors normes", mais il est d'ores et déjà quasi impossible de trouver du Tamiflu dans les pharmacies d'officines françaises. La multinationale pharmaceutique Roche, qui fabrique ce médicament, explique cette situation en faisant valoir que nous ne sommes pas actuellement en période d'épidémie. Elle précise toutefois que dès que l'épidémie sera là, le Tamiflu sera à nouveau disponible.

Le travail journalistique sur un sujet comme celui-là est aussi passionnant que difficile, puisque les journalistes sont à la fois contraints de relater l'ensemble des événements nationaux et internationaux relatifs à l'évolution de la situation épidémiologique, et que de ce fait, ils prêtent le flanc à toutes les critiques, à commencer par celle de participer à une nouvelle forme d'hystérie collective.

Chat modéré par Constance Baudry et Alexandre Piquard…. Le monde

 

 

                                                    *   **    *